N-C

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

essais littéraire (perso)

cette section est un recueil de mes écrits qui sont la plupart du temps le résultats de ma vie personnelles.

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 13 décembre 2013

La patience

Ce soir là nous nous sommes retrouvés après 3 longues années.
Dans un froid à grincer des dents, d'un regard nous nous sommes reconnus.
Toute cette soirée se passa d'une telle simplicité, qu'on en oublia tout le temps qui s'était écoulé.
C'est autour d'un repas que nous nous soyons racontés notre vécu.


Quant advient le moment fatidique de se dire au revoir, nous n'avions qu'une envie, que cela ne s'arrête jamais.


En un instant, nous savions tout deux que ça ne puisse s'arrêter ainsi,
Alors tu acceptas ce dernier verre qui culturellement en dit bien plus que tous nos fantasmes réunis
Une fois arrivé dans l'antre du péché, nous buvions, dansions, festoyions avec Passion.
Jusqu'à en oublier nos entraves de la réalité, nous nous laissions aller et voguer au rythme des chansons.


En s'enlaçant tendrement l'un contre l'autre, nous éprouvions tant de respect et d'affection l'un envers l'autre.
L'échange d'un baiser était alors inévitable, non pas dû à l'alcool mais bien d'un désir profond bien plus réel que nous ne pussions l'imaginer.
Un premier échange mouillé dans là fébrilité, un sourire, ensuivit d'une nouvelle étreinte en toute sérénité.
Nos regards s'échangèrent si longuement, que toutes nos appréhensions s'en allât, et nous n'étions plus enclin à la tremblote.

Nos corps s'accouplèrent si parfaitement que nos esprits se libérassent littéralement

Mais notre raison reprit le dessus à l'instar de nos bas instincts animales, que nous décidassions sans même se l'interposer, que nous devions en rester là !
Non pas las du moment, au contraire, nous ne pouvions qu'apprécier encore plus cet évènement si celui ci laissait libre cours à l'idée d'une prochaine fois.
Tu repartis donc dans ton havre du quotidien avec tant d'espoirs qui te permettront de revivre en dehors de l'inertie de cette fausse vie que tu te soit construite.
Des perspectives nouvelles s'ouvrant enfin à nous, que nous ne puissions qu'y penser à chaque seconde qui s'écoule avant de prendre la fuite.

Mais d'ici là, ce fameux échappatoire que nous attendions tout deux avec impatience, la situation de nos vie réelles nous contraint à la patience !

Partager sur picto-Facebook28x30.png

jeudi 12 décembre 2013

le silence

On dit que le silence est d'or, mais en amour il est destructeur. Il ne laisse place à aucun désir, aucune liberté de jouir avec l'autre.En amitié, il laisse place à l'hypocrisie, au petits mensonges qui deviennent de plus en plus grands.
En famille, il est le précurseur des conflits et des litiges qui pourrait se dissoudre simplement et rapidement si seulement ...
Alors pourquoi les hommes n'osent plus dire leurs pensées réfléchies, ou même simplement laisser libre court à leurs instincts?
Quelles sont ces barrières de la langue, de la parole qui s'opposent à la vérité au sens même de ce qui nous constituent des esprits sociaux et intelligents ?
Que peut-il y avoir de bon, d'utile, ou simplement susciter un intérêt à intérioriser nos sentiments ?
Je ne vois que du positif en lui, que le faiseur d'espoir d'un mieux.
Et oui, il permet à la réflexion plus poussée, à l'effet théâtrale ou musicale et tout cela dans le but de donner de la valeur à son acte qui le suit.
Il est générateur de puissance des dons de soi envers autrui, de son désir de communiquer.
Il reflète l'intensité de l'expression que l'on souhaite diffuser.
Son grand ennemie est la patience, inégale d'un individus à l'autre, celle qui fait de nous des êtres faibles de part l'espoir qu'elle suscite, et par ses frustrations.
C'est en cela que le silence est une arme efficace, mais aussi très dangereuse lorsque les frustrations deviennent incontrôlables, l'individu lui même peut le devenir, et il est parfois trop tard de curer par les mots de telles souffrances si profondes.
On dit souvent que les mots sont une arme, mais on ne dit jamais assez que le silence est une prison.

Alors n'hésitez plus à parler, même si ce que l'on souhaite dire, peut faire mal....

Partager sur picto-Facebook28x30.png

vendredi 15 novembre 2013

En ta compagnie ...

Que tu soit blonde, rousse ou brune.
Que ta couleur soit blanche, noir ou caramel.
Ton odeur m'enivra toujours autant à chaque inspiration.
Ton gout émerveillera chacune de mes papilles à chaque dégustation.
Ta fraicheur ne fait que te rendre meilleur.
Plus tu pétilles, qu'en moi grimpe la chaleur.
Ta douceur est si suave qu'on à l'impression d'être sûr un nuage de mousse.
On se retrouve souvent en terrasse l'été,
Mais quand advient l'hiver, nous nous réchauffons sûr un vieux canapé.
Que ce soit entre amis, ou bien en tête à tête, ton caractère diffère
Parfois notre histoire ne dure que le temps d'un verre.
Alors que d'autres soirs tu es ma compagne jusqu'à ce que je me retrouve à terre.
Je préfère encore te savourer en petite quantité de qualité,
plutôt qu'à haute dose où tu fini toujours par me souler.
C'est à ce moment là que ton vrai caractère devient amer.
Alors je me réveil, et je me dit qu'il n'y a vraiment de rien de tel qu'une bonne bière. ^^


Partager sur picto-Facebook28x30.png

jeudi 2 août 2012

Verbe être et avoir

ce poème n'est pas de moi, mais j'aime beaucoup, alors je le partage.


Verbes être et avoir

Partager sur picto-Facebook28x30.png

lundi 30 janvier 2012

L'Amie

L'Amie, est cette femme qui me laisse transi,
telle une anomalie sur la route paisible de ma vie.
Sans savoir pourquoi, j'en suis épris
tout serai tellement plus simple s'il n'y avait pas de "SI" !

me demandant sans cesse que faire pour m'en extraire
n'y pouvant y échapper, je ne peux m'en défaire !
je ne puis m'y résoudre ni me taire
Lâche, je pose les armes à terre !

Faible je suis, mon destin est celui d'un être soumis
fort de l'esprit, c'est là que tu faiblis
l'espoir humain est sa raison d'exister à l'infini
alors ces mots sont pour toi ma chérie !

chaque jour est un combat pour te plaire,
de par ta nature, indescriptible, tu es mon mystère.
Mon seul espoir réside dans mes vers,
qu'un jour tu succombes à mon charme légendaire Ce qui précède est de l'ironie


Partager sur picto-Facebook28x30.png

- page 1 de 4